Afrique francophone : pourquoi est-ce une bonne idée de rejoindre un incubateur de startups ?

En Afrique comme en Europe, dans la Silicon Valley ou en Asie, on retrouve les mêmes appellations de structures d’appui à l’innovation : incubateurs, accélérateurs, espaces de coworking. De VC4Africa à la Banque Mondiale, plusieurs sources s’accordent pour chiffrer le nombre de structures de soutien à l’innovation réparties sur le continent aux alentours de 200 en 2016, vingt fois plus que cinq ans avant.
Dans les pays anglophones, les startups sont plus proches des investisseurs et Business Angels prêts à prendre des risques. Cependant, le secteur numérique connaît un engouement croissant dans des villes francophones dynamiques comme Dakar, Abidjan ou Cotonou. Les développeurs et les entrepreneurs y proposent des solutions qui répondent de plus en plus aux standards internationaux en termes de qualité. Le CTIC à Dakar, Saboutech à Conakry ou le CIPMEN au Niger accompagnent des dizaines de jeunes startups, créant au fil des ans plusieurs centaines d’emplois directs et indirects.

Que font les incubateurs en Afrique francophone ?
En Afrique de l’Ouest, les premiers incubateurs apparus au Sénégal, au Burkina Faso et au Niger aident chaque année des dizaines de jeunes startupeurs à monter leur entreprise, à créer de la valeur et à monétiser leur produit. Ils apportent un appui logistique, méthodologique et commercial crucial durant les premiers mois et trimestres qui suivent la création formelle de l’entreprise.
Les entrepreneurs bloquent souvent sur le financement de leurs projets, surtout en début de parcours, avant d’avoir pu réaliser un premier chiffre d’affaires. C’est encore plus vrai dans le domaine de l’innovation, celle-ci impliquant une prise de risque. Les incubateurs jouent alors le rôle d’intermédiaires : ils accompagnent les jeunes innovateurs dans leur recherche de fonds auprès des banques ou des fonds d’investissements et les aident à monter leurs dossiers pour leur donner toutes les chances de réussir.
Les incubateurs sont à la fois des outils et des lieux d’innovation au service des jeunes entrepreneurs africains. Leur objectif : encadrer les jeunes porteurs de projets et stimuler l’innovation.

Participez à leurs événements
Pour cela, ils apportent de la méthode, du réseau et même des opportunités d’affaires. Les incubateurs et les espaces de coworking aident à structurer et à faire grandir des écosystèmes encore balbutiants : ils constituent aussi des lieux de rencontres, des communautés d’entrepreneurs et des outils de réseau. Les hackathons, les compétitions entrepreneuriales, les masterclass, les workshops (ateliers), etc., permettent aux écosystèmes d’innovation africains de collaborer ensemble, de se fédérer et de se développer. C’est le cas par exemple au Sénégal avec l’incubateur CTIC ou le réseau d’espaces de coworking Jokkolabs, qui organisent chaque année des dizaines d’évènements. Ils jouent un rôle moteur au service des jeunes pousses sénégalaises.
Ces évènements ont peut-être contribué à votre propre sensibilisation, vous ont peut-être donné aussi à vous l’envie d’entreprendre. Participer aux différents évènements startups permet aux apprentis entrepreneurs sénégalais, ivoiriens ou tunisiens de toucher du doigt souvent pour la toute première fois le monde de l’innovation technologique. Rencontrez-y vos futurs co-fondateurs, des coachs et des mentors qui suivent vos aventures entrepreneuriales dans le temps et vous aident à vous remettre en question. Faites-y mûrir vos premières idées de business !

CREATEAM Bamako
CTIC Dakar
SabouTech
CIPMEN