Majika: "Les choses bougent dans le bon sens."

Le projet Majika a gagné le prix coup de cœur du public du Prix Orange de l’Entrepreneur Social Afrique et Moyen-Orient 2017. Les deux co-fondateurs, Nicolas Livache et Moustapha Zafilahy (natif du nord de Madagascar) reviennent sur leur parcours et leur projet d’entrepreneuriat social visant à améliorer l’accès à l’électricité dans les communautés rurales de Madagascar.

Entrepreneur Club – Pourquoi lancez-vous Majika ?
Moustapha et Nicolas – Nous lançons l’entreprise sociale Majika en août 2016 pour apporter une réponse nouvelle aux problématiques de développement et d’électrification rurale. Nous nous basons sur plus de deux ans d’observation et d’analyse du secteur. Nous avons ainsi développé une approche solide et concrète, adaptée aux zones rurales malgaches. Nous sommes persuadés de l’effet de levier de l’arrivée de l’électricité pour des communautés rurales et convaincus de la viabilité du modèle économique

Pourriez-vous nous présenter votre innovation ?
Majika est un ensemble d’innovations :
technique car nous installons des champs solaires à double orientation où l’objectif n’est pas de produire plus, mais d’adapter au maximum production et consommation;
sociale car nous mettons autant d’énergie à la production de l’électricité qu’à l’appui à son utilisation productive génératrice d’impacts. Nous ne limitons pas notre spectre d’intervention à la production d’électricité;
de gouvernance car elle se fait en partenariat fort avec la Commune. Nous avons identifié cette implication comme un facteur de réussite des projets d’électrifications rurales. La commune gère avec nous le fond de renouvellement du matériel;
des technologies de l’information et de la communication car nous assurons un monitoring à distance de notre installation. Les données sont affichées sur un site web en temps réel et nous avons un système d’alerte par SMS. Les factures sont envoyées par SMS et les usagers peuvent payer par mobile money. Enfin, nous développons une solution pour étudier de façon approfondie la demande en électricité et ainsi capitaliser sur notre expérience et nos données.

Où en est votre projet ?
En octobre 2017, nous exploitons notre projet pilote, soit 32 kWc dans un village à l’ouest de Diego Suarez. Cela représente environ 100 bénéficiaires. Nous finalisons aussi notre second projet, 100 kWc solaire pour 5000 bénéficiaires. Les études sont finalisées, il nous reste le plan de financement à finaliser.
Nous lançons aussi d’ici la fin d’année des solutions pour des entrepreneurs ruraux hors de nos mini-réseaux. Il s’agit de « kits solaires productifs » destinés à soutenir l’entrepreneuriat rural. Des compteurs innovants et intelligents nous permettront de proposer un suivi a distance des installations et des facilités de paiement pour permettre l’acquisition sur 12 à 24 mois.

Que pensez-vous de l’évolution du secteur des énergies renouvelables ?
Les choses bougent dans le bon sens. Les utilisateurs et les politiques commencent à intégrer les énergies renouvelables dans leurs schémas de pensées. Un gros travail de sensibilisation reste encore à faire pour accompagner les utilisateurs dans l’acquisition d’appareils moins énergivores (lampe LED, réfrigérateur économique, etc.) et ainsi améliorer l’efficience énergétique.
La plus grande difficulté est l’investissement initial. Nous travaillons avec les banques et la micro finance pour apporter des solutions, mais le processus est long.

Quels sont les atouts que Madagascar peut faire valoir dans ce domaine ?
Madagascar bénéficie d’un potentiel solaire important et bien réparti dans l’année. L’habitat isolé est aussi propice à des solutions décentralisées. Le coût élevé des carburants rend les solutions solaires compétitives.

Quels éléments essentiels un entrepreneur qui souhaite se lancer dans les énergies renouvelables doit-il prendre en compte ?
La gestion de l’énergie et l’investissement (encore !). Il faut avoir conscience que c’est nouveau pour les consommateurs. On ne consomme pas de l’énergie solaire comme on consomme sur le réseau national. Pour l’investissement, il faut intégrer cette problématique dans les réflexions pour ne pas fournir du matériel de médiocre qualité.

Vous avez attiré le plus de suffrages des internautes lors de la phase de votes. Comment avez-vous réussi à mobiliser ces supporters ?
Oui, c’est génial ! Difficile à complètement expliquer mais nous faisons les choses avec le cœur, nous avons peu de moyens et nous battons pour faire avancer les choses. Cela doit parler aux gens. Aussi, nous avons mis des choses en place, prouvé une capacité d’action et validé des hypothèses. Notre aventure mûrit et répond à de réelles problématiques terrain. On se sent soutenus et forts. Tous les messages reçus dans le cadre de cette campagne de vote nous donnent envie de déplacer des montagnes.

Avez-vous un message pour les lecteurs d’Entrepreneur Club ?
Lancez-vous ! Nous sommes partis avec beaucoup d’idées et de rêves et peu de moyens. La route sera encore longue mais l’aventure prend du sens. Il faut se lancer, démarrer petit et aviser. Nous avons régulièrement des échanges avec des jeunes bourrés de bonnes idées mais qui ne se lancent pas. Il faut sauter le pas !

Recherchez-vous des partenaires ?
Nous cherchons des partenaires techniques pour nous accompagner dans notre structuration ou pour le développement d’outils. Nous cherchons aussi des fonds, tant pour nos mini-réseaux ruraux que pour les kits productifs.

Merci !

J’en apprends plus sur le site de Majika.

Centrale et départ réseau

 

Atelier de réparation de bateau

 

Centrale solaire Ampasindava

 

Femmes bénéficiaires

 

Installation d’une mise à la terre d’un poteau électrique

 

Les enfants d’Ampasindava après l’école

 

Équipe monteur panneaux